Phare de Groix Multimédia L'île de Groix en images
loupe
infos Infos pratiques
Imprimante enveloppe partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn partager sur Viadeo partager sur Delicious

Actualités

Conservons la beauté de nos plages!

Pour conserver la beauté de nos plages, cet été et toute l’année, tenez les chiens en laisse et ne faites pas s’envoler les oiseaux.

 

Les chiens et chevaux sont interdits sur les plages, par mesure hygiénique et de sécurité. Mais savez-vous que nos amis les chiens, lorsqu’ils courent sur la plage ou qu’ils y laissent leurs déjections, causent de sérieux problèmes à la faune et la flore sauvages ? Tout comme le promeneur qui fait décoller les oiseaux devant lui, parce qu’il trouve joli de les voir s’envoler. Faire un petit détour devant un groupe d’oiseaux pour les laisser tranquilles, c’est préserver l’avenir de la beauté de nos plages.

Or la beauté de nos plages, ce ne sont pas que le sable et les vagues : ce sont aussi les petits ou grands oiseaux marins qui y vivent, les plantes particulières qui y poussent. Sans eux, la plage ne serait plus la même. Et les protéger, c’est protéger notre patrimoine, naturel évidemment mais aussi touristique.

Le souci consiste en la répétition systématique du dérangement : la personne qui fait décoller les oiseaux ne s’imagine pas qu’elle est peut-être la soixantième dans la journée à le faire. Pourtant, il y a peu, le tourisme n’existait pas et les plages n’étaient que peu fréquentées par les hommes et leurs chiens. Ces dérangements sont donc très nouveaux pour les oiseaux.

Par exemple, les gravelots, de petits oiseaux devenus rares, nichent en haut des plages et déposent leurs œufs à même le sable, ce qui les rend très vulnérables. Promeneurs et chiens sont autant de sources de dérangement pouvant détruire leur nichée. Mais tous les oiseaux des plages sont concernés en toutes saisons !

Les dérangements causés par les chiens et les hommes sont autant d’occasions pour les oiseaux nicheurs, migrateurs et hivernants de dépenser de l’énergie inutilement et donc d’affaiblir leur condition corporelle et, à terme, de compromettre leur survie et celle de l’espèce. Chaque envol intempestif, chaque course supplémentaire est une fatigue inutile. Ces envols se répètent parfois des dizaines et des dizaines de fois par jour. Sans compter que, pendant la période de nidification, ils doivent fuir et abandonner leur nid, leurs œufs ou leurs poussins.

De plus, les crottes de chiens sur les plages ne sont pas qu’une nuisance esthétique, hygiénique et olfactive : les déjections des animaux domestiques viennent aussi chambouler l’équilibre de ce milieu, et posent problème à la flore des plages . En effet, les plages sont des milieux pauvres avec une flore adaptée, et ces déjections sont trop riches pour ces plantes.

Alors que faire ? Surtout, tenez bien vos chiens en laisse sur le littoral, et encore plus sur les lieux de reproduction des oiseaux. Utilisez les sentiers parallèles aux plages. Ramassez les déjections canines. Et pensez à ne plus foncer tout droit sur les groupes d’oiseaux qui se reposent ou se nourrissent, mais à les contourner pour ne pas les faire s’envoler.

Ce sont des gestes citoyens très faciles, qui nous concernent tous, et qui feront à terme la différence. Préservons la nature et le potentiel touristique de nos plages, laissons-les rester belles de leur faune et de leur flore si typiques !

 

Bretagne vivante